« Barbe Bleue », Amélie Nothomb

bbamelie

Barbe Bleue,  Amélie Nothomb

Publié aux Editions Albin Michel, 2012

170 pages

Résumé

Saturnine, jeune belge travaillant au Louvre, arrivée depuis peu à Paris, répond à une annonce alléchante de colocation somptueuse situé dans un beau quartier de Paris. Elle découvre rapidement ce qui se cache derrière cette annonce : la disparition des 8 colocataires précédentes. Don Elimirio, l’hôte des lieux,  porte son choix sur Saturnine et en échange de cette colocation, instaure une seule et unique règle : l’interdiction de rentrer dans la chambre noire. Saturnine subira t’elle le même sort que les 8 colocataires précédentes ?

Mon avis

Après avoir adoré « Stupeur et tremblements », je n’ai pas apprécié « La métaphysique des tubes » au point de me faire oublier l’auteur pendant quelques années. C’est donc avec appréhension que j’ai retrouvé Amélie Nothomb et son roman « Barbe Bleue ».

« Barbe Bleue » est la version moderne du conte de Perrault. Dans ce court roman lu en 2 heures, peu de personnages : Saturnine et Don Elimirio. Il se déroule en huis clos, favorise les dialogues et donne une  grande place aux relations entre la jeune femme pragmatique et  son hôte diabolique.

Amélie Nothomb décrit le personnage de Saturnine comme cultivée, intelligente  et sensible. Elle dote Don Elimirio d’une personnalité délirante et diabolique, à l’écart de toute vie extérieure depuis de nombreuses années. Elle oppose ces deux personnages au travers de relations troublantes où Saturnine donnera du fil à retordre à Don Elimirio.

L’intrigue tourne entièrement autour de la pièce interdite et en fait l’un des grand thème du roman. Quel secret cette pièce interdite peut elle bien renfermer ? Contrairement au conte de Perrault où le secret est un élément néfaste relié à la curiosité féminine et où les personnages féminins sont peu clairvoyants, la version revisitée d’ Amélie Nothomb revendique ce droit au secret et donne à Saturnine une force de raison.

Beaucoup de dialogues au ton présomptueux à l’image du personnage de Don Elimirio mais l’écriture d’Amélie Nothomb est fluide et rend l’ouvrage accessible à tous les lecteurs.

Je ne m’attendais pas à une fin différente de celle du conte de Perrault, j’ai presque été déçue de pas trouver le côté moralisateur mais l’effet surprise à prédominé, m’a séduit  et cette bonne lecture m’a réconcilié avec l’auteur au point que j’ai déjà prévu de me procurer son tout dernier ouvrage paru lors de cette rentrée littéraire 2013.

Publicités

6 réflexions au sujet de « « Barbe Bleue », Amélie Nothomb »

  1. J’ai failli l’acheter tout à l’heure ! Il me tente bien, j’aime bien l’idée de ce conte revisité, qui me faisait tant peur avant. J’ai découvert Nothomb avec Cosmétique de l’ennemi que j’ai trouvé pas mal et surprenant, je cherche celui que je lirai en 2e 🙂

    • Je viens enfin de comprendre que je pouvais répondre aux commentaires 😉 . Les livres d’Amélie Nothomb me semblent tous un peu surprenants, moi aussi je me demande quel sera le suivant, La nostalgie heureuse n’étant jamais disponible dans ma médiathèque.

    • C’est vrai qu’Amélie Nothomb a un style très particulier. Pour ma part j’ai tout détesté dans « la métaphysique des tubes » autant le style que le roman en lui même alors que j’avais séduite par « Stupeurs et tremblements ». Bonnes lectures.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s