« Ramsès au pays des points-virgules » ; Pierre THIRY

Ramsès au pays des points-virgules

Titre : « Ramsès au pays des points-virgules »
Auteur : Pierre Thiry
Nombre de pages : 186 pages
Editions : BOD – Books on Demand
Parution : 2009
Genre : fiction

Quatrième de couverture

Quelques jours avant Noël, Alice discute avec son oncle Sigismond: un bouquiniste érudit. Elle se moque de lui car il ne connait même pas J.-K. Rowling l’auteur d’Harry Potter. Elle évoque un roman qui aurait été écrit par un certain Jérôme Boisseau : «Ramsès au pays des points-virgules». L’oncle Sigismond, n’en a jamais entendu parler. Osera-t-il avouer à sa nièce qu’il existe des écrivains dont il ignore tout? Ce roman, ce romancier existent-ils? Que raconte «Ramsès au pays des points-virgules»? Qui en est le véritable auteur? Qui est le Ramsès dont il est ici question? Les réponses à toutes ces interrogations seront elles dans ce livre? Ce volume s’adresse à tous les lecteurs de dix à cent-dix ans. On y arpentera les méandres mystérieux du château de Baskerville, on y croisera Charles Hockolmess, le chat noir qui cite sans cesse Jean de La Fontaine. On y découvrira que le lecteur autant que l’auteur ont chacun leur rôle à jouer dans la naissance d’un livre. C’est particulièrement le cas de ce livre où le lecteur est invité à mettre son grain de sel.

 

Mon avis : Lire la suite

« La malédiction de l’Epouvanteur », Joseph Delaney – Tome 2 de la saga L’Epouvanteur

éepouvanteur 2

Editions :  Bayard Jeunesse, 362 pages
Parution : 2005
Titre : « La Malédiction de l’Epouvanteur
Auteur : Joseph Delaney
Titre original : « The Spook’s Curse »
Traduit de l’anglais par Marie-Hélène Delval.
Genre : Fantastique, Jeunesse
ISBN : 978-2-7470-1722-0

Quatrième de couverture

« Voilà six mois que tu es l’apprenti de M. Grégory, me dit maman. Tu as déjà été témoin de bien des événements. A présent, l’obscur t’a remarqué et va tenter de te neutraliser. Tu es en danger, Tom. Toutefois, rappelle-toi ceci : lorsque tu seras un homme, mon fils, ce sera au tour de l’obscur d’avoir peur, car tu ne seras plus la proie, tu seras le chasseur. C’est pour cela que je t’ai donné la vie. »
L’Epouvanteur et son apprenti, Thomas Ward, se sont rendus à Priestown pour y achever un travail. Dans les profondeurs des catacombes de la cathédrale est tapie une créature que l’Epouvanteur n’a jamais réussi à vaincre. On l’appelle le Fléau.
Tandis que Thomas et M. Grégory se préparent à mener la bataille de leur vie, il devient évident que le Fléau n’est pas leur seul ennemi. L’Inquisiteur est arrivé à Priestown. Il arpente le pays à la recherche de tous ceux qui ont affaire aux forces de l’obscur ! Thomas et son maître survivront-ils à l’horreur qui s’annonce ?

Mon avis :

Si le premier tome de la saga l’Epouvanteur posait les bases de l’histoire, dans ce second tome Joseph Delaney nous invite à rentrer dans le quotidien du travail d’un Epouvanteur et plus précisément à  partir à la recherche du Fléau dans le but de l’anéantir.

Dans ce second tome, il y a de l’action en permanence. Quelques scènes sont un peu « oppressantes ». J’ai été surprise de lire certains passages assez sanglants. Il ne faut pas perdre de vue que ce roman est dédié à la jeunesse et même s’il comporte plusieurs avertissements à destination des plus jeunes d’entre eux, j’ai trouvé plusieurs scènes anxiogènes. On y découvre le côté plus complexe et plus obscur du passé de l’épouvanteur.

Deux seuls petits regrets pour ce second tome : l’absence de l’épouvanteur sur de nombreux passages (forcément … mais je ne veux pas vous gâcher le plaisir d’en découvrir les raisons) ou Tom son apprenti rentre seul en action. Je suis restée sur ma faim concernant le passé mystérieux de la mère de Tom, j’ai l’impression que l’auteur a décidé de nous distiller ces informations au compte goutte.

En présence de l’Inquisiteur, l’atmosphère du roman est moyenâgeuse, elle mêle superstitions de l’époque et religion.

En bref :

J’ai à nouveau beaucoup aimé cette lecture agréable et rapide et je vous la recommande avant la sortie du film ( Le septième fils)  prévue pour février 2015.

« L’épouvanteur », Joseph Delaney – Tome 1 : L’apprenti épouvanteur –

epouvanteur 1

Editions : Bayard Jeunesse,  275 pages
Parution : 2004
Titre : « L’Apprenti Epouvanteur
Auteur : Joseph Delaney
Titre original : « The Spook’s Apprentice »
Traduit de l’anglais par Marie-Hélène Delval.
Genre : Fantastique, Jeunesse.

Quatrième de couverture :

Tom est le « septième fils d’un septième fils » et possède un don particulier pour voir et entendre ce que le commun des mortels ne voit ni n’entend. Il a donc les qualités requises pour devenir l’apprenti de l’Epouvanteur. À treize ans, apprendre à chasser sorcières, gobelins, spectres et autres esprits malfaisants lui paraît autrement excitant que de soigner les cochons et épandre le fumier. Tom entame donc son apprentissage auprès de l’Epouvanteur, qui le teste dès la première nuit en l’enfermant, tout seul, dans une maison hantée. Mais le pire reste à venir.

Mon avis :

Ce premier tome est celui dans lequel tout l’univers de la saga se met en place. Le roman se présente sous la forme du récit de Tom. A la manière d’un journal intime, le lecteur progresse dans la mise en place de l’univers de l’épouvanteur en même temps que Tom avance dans son apprentissage du métier et de sa découverte.

Les actions sont nombreuses et variées mais elles manquent parfois de cohérence, elles s’enchaînent parfaitement et ne laissent aucun temps mort dans le roman. On suit l’apprenti Tom dans sa découverte initiatique du métier d’épouvanteur. On découvre les  créatures variées et dangereuses que l’épouvanteur va devoir affronter sous un fond de fantastique, de magie et de merveilleux.

Conclusion :

Ce premier tome introductif de la saga « L’épouvanteur » fut une assez bonne lecture mais mon avis reste pourtant mitigé. J’ai aimé l’ambiance de fantastique et de magie qui s’en dégage mais je l’ai trouvé très jeunesse en dépit des actions parfois rudes qui s’y déroulent par rapport au public jeunesse visé. L’intrigue est agréable, mais je m’attendais à quelque chose de plus mature ou de plus élaboré. Il est vrai qu’à la base, l’histoire s’adresse aux plus jeunes adolescents.

« Vampire Academy », Richelle Mead – Tome 1: Soeurs de sang

 

VA1

Editions :  Castlemore,   314 pages
Titre : Saga « Vampire Academy  » Tome 1 : Soeurs de Sang.
Auteur :Richelle Mead
Genre : Comédie

Résumé :

Saint Vladimir est un lycée privé hors du commun: à l’abri des regards indiscrets, de jeunes vampires y apprennent la magie. Rose Hattaway est une Dhampir et elle doit assurer la protection de sa meilleur amie Lissa, la princesse moroï. 
Menacées au sein même de l’Académie, Lissa et Rose ont fugué ensemble,mais ont été ramenées de force derrière les hautes portes de Saint Vladimir. Entre intrigues machiavéliques, rituels nocturnes inavouables et amours interdites, elles doivent rester sur le garde: Les Strigoï, vampires immortels et ennemis jurés des Moroï, pourraient bien faire de Lissa l’une d’entre eux pour l’éternité.

Mon avis :

Sachez tout d’abord que les histoires  de vampires, de loups garous ou autres créatures ne sont pas celles que je lis d’ordinaire. Aussi,  j’ai trouvé ce livre jeunesse cité à maintes reprises dans les blogs littéraires ou les vidéos booktubesques parfait pour débuter dans ma découverte du genre.

Il est très facile  de rentrer  dans l’univers de Vampire Academy. Une fois la Mythologie intégrée, elle n’est pas très compliquée,  l’histoire se lit facilement et rapidement. Le style de l’auteur est fluide mais banal et hélas trop peu recherché à mon goût.

Dans ce livre j’ai apprécié la découverte de l’Univers de l’Academy, les informations qui permettent de construire cet univers sont distillées progressivement pendant le premier tiers du roman. C’est la partie la plus agréable du roman à découvrir.
Mais j’ai été déçue par la suite, car j’attendais de nombreux rebondissements eu égard au genre du roman et je n’ai trouvé que peu d’action. Beaucoup d’ histoires inintéressantes entre lycéens qui n’apportent rien, ni au roman, ni à l’univers. Je vais peut-être paraître un peu sévère mes quelques printemps 😉 font probablement que je n’ai rien trouvé de particulier à ce premier tome. L’Univers de la saga me paraissait pourtant prometteur mais l’intérêt s’est vite étiolé et mon envie de poursuivre la saga également. Ce fut une lecture plus que moyenne et décevante par rapport à mes attentes . Je n’envisage donc pas de  poursuivre cette saga.

Je suis à la recherche d’une saga du même genre, si vous en connaissez une, pas trop jeunesse pour éviter de nouveaux déboires, n’hésitez pas à me laisser un commentaire pour m’en faire part.

 » Le Don du Loup », Anne Rice

ledonduloup

Abandon le 18/12/2013 à la 107 ième page.

Editions : Editions Michel Lafon, 475 pages
Parution : 2013
Titre :  » Le Don du Loup « 
Auteur : Anne Rice

Quatrième de couverture :

Quand Reuben, vingt-trois ans, vient visiter la propriété de l’énigmatique et troublante Marchent Nideck, il est loin de se douter que sa vie va en être bouleversée. Dans la grande demeure perchée sur un balcon rocheux surplombant le Pacifique, une irrésistible alchimie s’opère entre Marchent et le jeune homme. Mais leur nuit idyllique tourne au cauchemar quand Reuben est violemment attaqué – et mordu – par une bête sauvage. Commence alors pour lui un processus de transformation à la fois terrifiant et exaltant. Et bientôt, partagé entre horreur et euphorie, Reuben se découvre des pouvoirs d’homme-loup. Tout en s’efforçant de protéger son terrible secret, il devra répondre à certaines questions qui mettent en jeu son identité profonde. Pourquoi a-t-il reçu le don du loup ? Quelle est sa vraie nature ? Et existe-t-il d’autres créatures à son image ?

Mon avis sur les pages 107 lues :

« Le Don du Loup » est le premier roman d’Anne Rice que je lis, j’avais tellement entendu parlé « D’entretien avec un Vampire » que j’ai emprunté « Le Don du Loup » dans ma médiathèque dès que je l’ai vu.

J’ai trouvé le début interminable avec une rencontre et des évènements impensables et auxquels je n’ai pas adhéré. Dès les premières pages, j’ai trouvé le style banal, je m’attendais à un style plus élaboré, plus attractif et qui retienne d’avantage en haleine le lecteur. De plus j’ai trouvé les descriptions lentes et lassantes.
Je suis restée totalement extérieure aux personnages, je ne m’y suis pas attachée. Et puis lors de la première transformation de Reuben, le personnage principal, je l’ai trouvé insensible et passif vis à vis de la transformation. Je n’ai pas eu  envie d’aller plus loin dans ma lecture.

J’ai été déçue par ma découverte de l’auteure, j’attendais un style plus dynamique, des personnages plus attachants, une histoire différente. J’ignore si j’ai eu tort ou raison d’abandonner ma lecture à la 107 ième page. Si vous avez lu ce livre, dites moi dans les commentaires ce que vous en pensez. Si vous avez lu d’autres livres de l’auteure, donnez moi vos impressions.