« Le cercle des femmes », Sophie Brocas

Le cercle des femmes Sophie Brocas

Editions : Editions Julliard ,  196 pages
Parution : 2014
Titre :  « Le cercle des femmes« 
Auteur : Sophie Brocas
Genre : Littérature française contemporaine.

Quatrième de couverture :

Le temps des funérailles d’une arrière-grand-mère, quatre générations de femmes se trouvent confrontées à la découverte d’un douloureux secret de famille.
Lia vient d’avoir vingt ans. À la mort de son arrière-grand-mère, elle se retrouve dans sa maison de famille, dans les Landes, avec sa mère, sa grand-mère et la meilleure amie de la défunte. Durant ces quelques jours de funérailles, de deuil et d’intimité partagée, vient le moment d’échanger ses souvenirs, mais aussi de mettre de l’ordre dans les affaires de l’aïeule. Lia découvre à cette occasion des carnets de notes et des lettres soigneusement consignés dans une boîte à chaussures. À sa grande surprise, ces écrits relatent une version bien différente de la disparition du mari de son arrière-grand-mère que celle racontée depuis toujours dans le cercle familial. Poignantes, ces lettres révèlent surtout un destin brisé par la honte et le chagrin.
Lia doit-elle garder pour elle un secret jalousement protégé pendant soixante ans par son arrière-grand-mère ? Ces révélations ne risquent-elles pas de déclencher un cataclysme parmi ces quatre générations de femmes ? Et que faire de l’image si lisse, et en vérité si faussée, qu’elle avait de cette très vieille dame ? Comment lui pardonner son mensonge ? Les conséquences de cette falsification de l’histoire familiale s’éclairent peu à peu dans l’esprit de la jeune fille et bousculent son propre rapport à la famille, aux hommes, à l’amour. Car c’est toute une lignée de femmes qui semble en avoir été victime, en porter les stigmates.
Roman initiatique, Le Cercle des femmes démontre qu’un secret de famille marque – radicalement parfois – toute une descendance. Telle cette tribu très attachante qui a laissé peu de place à l’élément masculin dans le huis clos familial, sans jamais en saisir la raison. Lia saura-t-elle transformer ce sentiment de trahison en pardon ? Sa colère en bienveillance ? Saura-t-elle rompre la fatalité du « cercle des femmes » pour s’ouvrir aux hommes et à l’amour ? Servi par une écriture originale, pleine de fraîcheur, Le Cercle des femmes est porté par une petite musique qui nous entraîne d’une page à l’autre dans une galerie de personnages féminins aussi touchants que fantasques.

Mon avis :

Tout comme l’an dernier,  j’ai à nouveau eu la chance cette année, d’être sélectionnée pour participer aux Matchs de la Rentrée Littéraire organisés par PriceMinister.
Mon choix s’est porté sur le roman de Sophie Brocas, « Le cercle des femmes » qui est le premier roman de l’auteur. Je remercie chaleureusement PriceMinister qui m’a permis de découvrir cet auteur et ce roman. J’affectionne particulièrement découvrir de nouveaux auteurs et de nouveaux romans.

Nous sommes ici en présence d’un court roman de moins de 200 pages durant lesquelles 3 générations de femmes se rassemblent pour assister aux obsèques de l’arrière grand mère de Lia, personnage principal du roman.  Pendant quelques jours, ces femmes vont se retrouver en huis-clos et nous faire vivre un voyage dans le temps et dans la vie de  quatre générations.
Le récit est ponctué par une malédiction familiale, qui se répète de génération en génération et qui constitue un secret de famille. Une fois le secret percé, le roman n’offre plus quand chose à découvrir et devient ennuyeux.
Le thème n’est pas assez développé, et, pour le peu qu’il le soit, il l’est très maladroitement. Le silence qui entoure le secret est voulu mais il est irritant. On aimerait entendre les femmes parler, expliquer mais les langues ne délient pas facilement.
L’écriture est fluide et permet une lecture facile et rapide, je l’ai lu en quelques heures.

Conclusion :

Ce roman nest pas vraiment une déception mais il n’a pas été à la hauteur de ce que j’attendais au vu du résumé qui d’ailleurs à lui seul relate toute l’histoire. Ce fut donc une lecture moyenne qui risque de très vite être oubliée.

 

« Complètement cramé », Gilles Legardinier

completementcrame

Editions :  Fleuve Noir,  400 pages
Parution : 18 octobre 2012
Titre : « Complètement cramé « 
Auteur : Gilles LEGARDINIER
Genre : Comédie

Quatrième de couverture :

Arrivé à un âge ou presque tous ceux qu’il aimait sont loin ou disparus, Andrew Blake n’a même plus le coeur à orchestrer ses blagues légendaires avec son vieux complice, Richard. Sur un coup de tête, il décide de quitter la direction de sa petite entreprise anglaise pour se faire engager comme majordome en France, pays ou il avait rencontré sa femme. Là-bas, personne ne sait qui il est vraiment, et cela lui va très bien. 
Mais en débarquant au domaine de Beauvillier, rien ne se passe comme prévu… Entre Nathalie, sa patronne veuve aux étranges emplois du temps ; Odile, la cuisinière et son caractère aussi explosif que ses petits secrets ; Manon, jeune femme de ménage perdue ; Philippe, le régisseur bien frappé qui vit au fond du parc, et même l’impressionnant Méphisto, Andrew ne va plus avoir le choix. Lui qui croyait sa vie derrière lui va être obligé de tout recommencer…

Mon avis :

Andrew quitte sa petite entreprise anglaise pour devenir Majordome en France, le pays de son épouse décédée. Il arrive au domaine de Beauvillier en espérant revenir sur les traces de son passé et il compte mettre son expérience au service des autres occupants du domaine.

Les personnages sont bien dépeints et tous ont un caractère différent ce qui ajoute de l’attrait à l’histoire. Andrew est le personnage principal au comportement tellement britannique. Il y a  aussi Odile la cuisinière au  caractère bien trempé et  Mephisto son chat malicieux, puis Manon la jeune femme de ménage aux amours compliqués , et Philippe le régisseur un peu rustique qui vit au fond du domaine. Il y  a enfin « Madame » la propriétaire du domaine et ses agissements étranges. Le roman se déroule presque entièrement au domaine de Beauvillier et Andrew est la personne qui va relier ses habitants les uns aux autres.

Le style de l’auteur est fluide, la plume est légère et facile, les chapitres sont courts et les pages se tournent très rapidement.

Je reconnais que le roman est plutôt agréable à lire mais il reste une petite déception en ce qui me concerne. Après avoir dévoré « Demain j’arrête », j’ai sauté sur « Complètement cramé » dans l’espoir d’y retrouver l’humour de l’auteur, les situations cocasses de « Demain j’arrête » et aussi pour continuer avec cette ambiance de bonne humeur insufflée dans le premier ouvrage. Hélas, « Complètement cramé » n’a pas été à la hauteur de mes attentes. Certes, l’humour est toujours présent mais pas assez perceptible à mon goût. Ou encore les situations deviennent tellement ridicules (comme Halloween ou la récupération des bijoux) et en contradiction avec le comportement de gentleman d’Andrew que le tout devient peu crédible. Globalement, j’ai trouvé l’ouvrage moins chaleureux et plus impersonnel. Mais,  ce qui en définitive a davantage contrarié ma lecture c’est de retrouver un thème déjà lu, pour ma part il y a peu de temps, et traitant en huis clos des les liens inter-générationnels et des rapports humains. J’ai eu l’impression de faire une nouvelle lecture de  « Et puis, …Paulette » de Barbara Constantine. Si les personnages viennent d’horizons différents le fond de l’histoire de ces deux romans reste très  similaire.

Conclusion

Aussi, contrairement à la majorité des avis  sur ce livre je suis déçue par une thématique déjà abordée dans « Et puis, Paulette… », déçue car je n’ai pas trouvé dans ma lecture ce que j’attendais : l’humour et les situations loufoques.  Certes, je considère ma lecture comme agréable…mais sans plus et en tout état de cause,  beaucoup moins réussie que celle de « Demain j’arrête ». J’ai emprunté « Et soudain tout change » à la médiathèque et j’espère qu’il me réservera de meilleures surprises.