« La bibliothèque des coeurs cabossés », Katarina Bivald

bibliotheque coeurs cabossés Katarina Bivald

La bibliothèque des coeurs cabossés – Katarina Bivald
Denoël, 2015 – Prix : 21,90€ – 496 pages
ISBN : 978-2207117750
Genre: Contemporain
Date de sortie: 15/01/2015

Résumé

Après plusieurs années d’échanges épistolaires, Sara, une jeune suédoise de 28 ans décide de rendre visite à Amy sa correspondante âgée de 55 ans. lorsqu’elle arrive dans le village de Broken Wheels petite ville de l’Iowa, Amy n’est pas là pour accueillir Sara. Sara découvre que sa correspondante vient de décéder et décide avec l’aide des habitants de Broken Wheel de rester dans la maison d’Amy et de s’intégrer à la communauté.

Sara,  aime la lecture et pour remercier les habitants de Broken Wheels de leur accueil, et redonner a la petite ville un semblant d’activité économique elle ouvre une libraire grâce aux livres possédés par sa correspondante.

Lorsque le visa de Sara vient à expiration, toute la petite vile se mobilise pour que Sara puisse rester…

 

Mon avis

Je vais d’abord commencer par ce que j’ai le moins apprécié dans cet ouvrage :

J’ai relevé beaucoup de clichés et d’idées préconçues concernant les grands lecteurs et cela m’a contrariée. En particulier ces clichés qui les rendent asociaux au regard du reste de la population. L’héroïne principale y est dépeinte avec insistances de cette manière.

J’ai regretté qu’il ne se passe pas grand chose pendant les 300 premières pages. 300 pages qui  résument les 15 lignes de la quatrième de couverture. Heureusement qu’elles nous apportent de jolies descriptions qui ont compensé ce manque d’action.

Dans ce roman, Katarina Bivald nous parle de romans, de lectures et de libraire. Il a donc tous les atouts pour séduire les amoureux de lecture. Mais lorsque l’auteur spoile en quelques lignes certaines oeuvres (par exemple Jane Eyre) , je ne peux être d’accord,

Malgré toutes les apparences cet ouvrage ne m’a pas complètement déplu, j’ai mis une bonne semaine à le terminer mais je ne l’ai pas abandonné, signe que j’y ai trouvé des points d’intérêt :

J’ai adoré l’ambiance de l’ouvrage, les descriptions absolument sublimes  et la bonne humeur de cette ennuyeuse petite ville américaine atteinte par la crise  mais  où l’on a envie de se rendre et de rencontrer ses habitants très attachants et solidaires. Des habitants qui savent entreprendre de grands projets et faire tout ce qui est en leur pouvoir pour les réussir.

La bibliothèque des coeurs cabossés est un roman qui fait du bien au moral car rempli d’optimisme et de personnages débordants de gentillesse, de tendresse et d’humour sans que cela ne tourne à la mièvrerie.

En bref 

Mon avis sur « La bibliothèque des coeurs cabossés » est mitigé, j’ai trouvé trop lente la progression du roman et convenue dès début. Mais l’histoire simple de Sara attire de tellement bons sentiments de la part de son entourage qu’elle fait du bien. Je ne pense pas qu’on puisse en retenir beaucoup plus.