« Rose », Tatiana De Rosnay

Rose

Editions : Héloïse d’Ormesson , 247 pages
Parution : 2011
Titre :  » Rose « 
Auteur : Tatiana de Rosnay

Quatrième de couverture

Paris sous le Second Empire. Les ambitieux travaux d’Haussmann détruisent des quartiers entiers, générant des milliers d’expropriations douloureuses. Loin du tumulte, Rose Bazelet mène une vie paisible, au rythme de sa lecture du Petit Journal et de ses promenades au Luxembourg. Jusqu’au jour où elle reçoit la fatidique lettre du préfet :  sa maison, située sur le tracé du boulevard Saint-Germain, doit être démolie. Liée par une promesse faite à son mari, elle ne peut se résoudre à partir. Contre le baron, contre l’empereur, Rose va se battre pour sauver la demeure familiale qui renferme un secret jalousement gardé.

Mon avis

J’avais quitté Tatiana de Rosay et « Spirales » avec un avis mitigé mais en gardant l’envie et la curiosité de découvrir un autre roman de l’auteure.  Lorsque j’ai eu l’occasion d’emprunter « Rose » à  ma médiathèque et je n’ai pas hésité une seconde.

Dès les premières lignes j’ai su que « Rose » serait différent de « Spirales ». Le style, l’ambiance du roman, les personnages n’ont rien en commun avec ceux de « Spirales ». J’ai apprécié les descriptions qui relatent parfaitement le Paris d’avant les grands travaux des boulevards et la lutte quotidienne de ses habitants contre ces travaux de rénovation entrepris par le Baron Haussmann. Les sentiments des parisiens luttant pour conserver leurs maisons et leurs souvenirs sont admirablement bien dépeints au travers du personnage principal du roman : Rose. J’ai trouvé la plume de l’auteur admirable et d’une grande sensibilité, parfaitement respectueuse de l’époque à laquelle le roman se déroule.

J’ai beaucoup aimé l’ambiance touchante et teintée de nostalgie de ce roman, j’ai trouvé le personnage de Rose attachant cependant un peu froid envers son entourage.

Ce livre fut vraiment une excellente lecture, un coup de coeur. Ma seule réserve concerne la forme de l’ouvrage qui se présente sous une forme épistolaire, forme que je n’apprécie pas particulièrement. Cela n’engage que moi et n’enlève rien à la qualité de l’ouvrage.

Le sujet de ce roman m’a donné l’envie de redécouvrir Zola et notamment la Curée afin d’y recueillir sa vision contemporaine des faits.

J’ai beaucoup aimé ce roman, plein de tendresse et de nostalgie.

« Spirales », Tatiana de Rosnay

spirales

Editions : Le Livre de poche , 185 pages
Parution : 2013
Titre :  » Spirales « 
Auteur : Tatiana de Rosnay

Résumé

Hélène est une femme sans histoires à la vie lisse. Un jour, sur un coup de tête, elle trompe son mari pour la première fois avec un inconnu. L’adultère vire au cauchemar quand, au lit, l’amant sans nom meurt d’une crise cardiaque.
Hélène s’enfuit, décidée à ne jamais en parler, et surtout, à tout oublier.
Mais dans l’affolement, elle laisse son sac à main avec ses papiers dans la chambre de l’inconnu…
Happée par une spirale infernale, Hélène ira très loin pour sauver les apparences à tout prix.
Jusque où ?

Mon avis

« Spirales » est le premier roman de Tatiana de Rosnay que je lis. C’est un court thriller psychologique qui met en scène Hélène, une bourgeoise qui va vivre une aventure virant au cauchemar.

Les chapitres sont courts la lecture fluide est rapide j’ai lu le roman en deux soirées. Je trouvé le style plutôt agréable et bien adapté à ce genre de roman.

Dans ce roman, tous les éléments d’un thriller psychologique classique sont réunis, une héroïne à la vie bien rangée, un mort, un maître chanteur. Afin de sauver les apparences et les convenances, Hélène, l’héroïne du roman, enchainera mensonges et stratagèmes . J’ai trouvé ce roman très classique : dans « Spirales », il est possible de deviner à l’avance la tournure des évènements.  Le suspens ne m’a pas tenu en haleine comme dans « Juste une ombre » de Karine Giebel. Mais je ne pense pas que le but de ce roman soit de maintenir en haleine le lecteur.
La fin m’a laissée perplexe, je n’ai pas compris pourquoi le roman s’arrêtait si brutalement. J’ai eu le sentiment d’un roman non abouti. Il semblerait que l’auteure laisse à chaque lecteur la possibilité d’imaginer sa propre fin. Si l’occasion m’est donné de pouvoir rencontrer l’auteure, il faudra que je lui pose la question au sujet de cette fin très ouverte. Autant dire que si ma lecture du roman n’a pas été désagréable car j’ai tout de même passé un bon moment,  je n’ai pas aimé ce final laissant le lecteur sur sa faim.

Restant sur une fin inexistante à mes yeux, il m’est impossible de dire si j’ai aimé ou pas ce roman, je préfère ne pas le faire pour l’instant et essayer de redécouvrir* Tatiana de Rosnay avec une autre lecture. Si vous avez lu et apprécié un de ses romans, cela me ferait plaisir de savoir lequel.

* Depuis la rédaction de cette chronique, j’ai rencontré l’auteure mais je n’ai pas osé lui demander pourquoi une fin si ouverte. J’ai également lu d’autres ouvrages et « Rose » m’a beaucoup touché.